ThéCalin vous remercie de votre achat.

Pu Erh Shu ou Pu Erh cuits.

Pu Erh Shu ou Pu Erh cuits

Les Pu Erh Shu sont apparus dans les années 70 afin de reproduire en quelques mois le goût des très très vieux Pu Erh.
Il s'agit aujourd'hui d'une catégorie à part entière qui propose des thés de très grande qualité et une saveur inimitable.

Le secret des Pu Erh Shu : une post fermentation contrôlée.

Il s'agit une étape supplémentaire longtemps gardée secrète, le WoDui (渥堆)
qui s'apparente à un compostage.
Les feuilles de thé, après le roulage, au lieu d’être sèchées puis stockées
en l’état avant la compression comme c'est le cas pour le
Pu Erh cru, sont mises en tas et humidifiées. Sous l'action
des micro-organismes naturellement présents sur les feuilles,
une fermentation va se produire, les micro-organismes,
principalement des bactéries de la famille des
Actinomycètes vont se multiplier et provoquer une élévation
de température au sein du tas qui peut aller jusqu’à 60 °C,
d’où le nom de Pu Erh cuit.

Infusion des Pu Erh cuits.

Les Chinois aiment utiliser une mini théière type YiXing
et procéder à de courtes infusions après deux rinçages avec une eau bien chaude.
Le Pu Er Shu est généralement compressé en galette, en brique ou en TuoCha (nid d'oiseau) mais, on le trouve également en vrac [link].
Contrairement à ce que l'on lit parfois, c'est une grossière erreur d'émietter votre Pu Erh cuit pour faciliter l'infusion car vous casserez les feuilles et les bourgeons fragilisés par la post fermentation. Il faut au contraire extraire un ou deux beaux morceaux avec un poinçon afin de respecter l’intégrité des feuilles.
Selon l’intensité de la compression, la première infusion sera d'une durée variable afin de laisser le temps à l'eau toujours très chaude (bouillante) de bien réhydrater les feuilles.
La deuxième infusion sera généralement plus coutre et les suivantes de plus en plus longues.

Saveur des Pu Er Shu.

La liqueur d'un Pu Er cuit est très foncée, rouge acajou, presque noire d’où leur nom chinois : Hei Cha, 黑茶, littéralement « thé noir ».
La saveur est puissante et rappelle l'odeur de la chanterelle crue, d'un vieux chai ou d'une promenade en forêt après la pluie.

La conservation et le vieillissement de votre Pu Er cuit.

Les Pu Er Shu vont évoluer lentement. Il y a plusieurs méthodes pour les conserver. La plus simple est de laisser votre galette, votre brique ou votre Tuocha de Pu Er cuit dans son papier d'origine qui est spécialement conçu pour laisser pénétrer l'air tout en protégeant des poussières.
Si vous souhaitez accélérer la maturation de votre Pu Erh shu, fragmentez votre bloc en gros morceaux et stockez-les dans une jarre en terre cuite.
Dans les deux cas, le lieu ne devra pas être sec mais pas trop humide non plus au risque de voir des moisissures se développer.
Il existe une troisième méthode : le vieillissement en atmosphère humide, pratiquée par des professionnels indélicats qui trichent sur l’âge réel de leur Pu Er cuit ou par des experts qui souhaitent apporter leur touche personnelle.

Pu’Er Shu Menghai Gongting 2008

Pu’Er Shu Menghai Gongting 2008

    4.6    5 commentaires

    Récolte : avril 2008

    Belle galette de Pu’Er cuit où s’entremêlent des bourgeons dorés et des feuilles plus foncées cueillis au printemps 2008 sur des théiers centenaires de la région de Xishuangbanna et modérément compressée la même année.
    La feuille infusée dégage une charmante odeur d’étable et de forêt humide.
    La liqueur est lisse et crémeuse avec un bouquet doux et boisé qui se développe sur des notes délicatement camphrées.
    Plus parfumé que le Pu’Er Menghai palace 2011, voici une galette « aimable » qui plaira aussi bien au néophyte qu’à l’amateur éclairé. Sans doute actuellement notre Pu’Er Shu le plus fin et le meilleur.


    58,50 € / 1 galette de 357g

    Livraison offerte à partir de 35 €

    Échantillons gratuits